Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les billets de Pimousse





Je dois me résoudre à vous demander de l'aide. 
Je n'ai rien contre Alain Bashung... Je n'ai rien pour non plus à vrai dire.
Musicalement, ça passe super bien mais je ne comprends absolument rien à ses textes.


Quelqu'un peut m'aider ?

 Premier exemple, au hasard :

« J'ai fait la cour a des murènes
Ah ?  Vu la tronche des murènes... faut vraiment avoir envie...
J'ai fais l'amour
J'ai fait le mort
T'étais pas née
A cause des poissons panés ?
A la station balnéaire
tu t'es pas fait prier
J'étais gant de crin, geyser
Pour un peu, je trempais
Histoire d'eau
????


J'ai dans les bottes
des montagnes de questions »
Moi aussi j'ai des montagnes de questions !
Mais que veut-il dire à la fin ?

 

 

Autre exemple, le morceau qu'on matraque non stop sur les radios en ce moment.
Voici quelques couplets...

Je vous remercie d'avance de l'analyse de texte que vous en ferez...
Espérant que cela fera avancer un peu le schmilblick !

 

Un jour je t'aimerai moins
Jusqu'au jour où je ne t'aimerai plus
Là, ça va, je pige plus ou moins
Un jour je sourirai moins
Jusqu'au jour où je ne sourirai plus
Ok, pareil
Un jour je parlerai moins
Jusqu'au jour où je ne parlerai plus
Idem, je vois pas bien l'intérêt de ces phrases mais bon...
Un jour je courirrai moins
Jusqu'au jour où je ne courrirai plus
Là, j'ai un gros, mais un très très gros souci avec cette phrase
« Je ne COURRIRAI plus » ????
L'infinitif de ce verbe, c'est « Courrirer » ou "Courrire"???
Si si, il dit « je ne couRRIrai plus »...

Hier on se regardait à peine
C'est à peine si l'on se penchait
On doit se pencher pour se regarder ?
 
Aujourd'hui nos regards sont suspendus
Oui, bon...
Nous résidents de la république
Qu'est-ce que la république vient foutre ici ?
Juste pour faire un jeu de mots ?
Où le rose a des reflets de bleu
Gné ? Rapport couleur politique ?
Vous me direz que je n'y connais rien...  Et ce ne sera pas faux.
 
Résidents, résidents de la république
Oui, ok,...
Des atomes, fais ce que tu veux
............????????


Est-ce qu'il y a vraiment quelque chose à comprendre ? 
Et si la réponse est non...
pourquoi mettre des mots sur une musique s'ils ne servent à rien ?

Finalement, les chanteurs et teuses du genre qu'on-ose-pas-dire-qu'on-les-écoute-paskon-se-foutrait-de-notre-gueule, sont plus "honnêtes"... Ils chantent de la daube et tout le monde le sait.  Y a pas erreur sur la marchandise. 



EDIT 13 MAI :
SI VOUS CLIQUIREZ ICI VOUS POURRIREZ LIRE L'EXPLICATION DE TEXTE DE RAPH
CA MERITE UN PETIT DEPLACEMENT
LE RESTE DE SON BLOG AUSSI PAR AILLEURS...


Published by Pimousse - - Billets de pimousse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

bick 15/05/2013 20:29

la vie apprend à vivre après tu comprendras!!!! ou bien certains morceaux de rap pour le baBA!!!

Ecof 25/11/2010 21:12



Pour faire très court: lui non plus n'avais rien contre toi.


 


Il y a Voulzy et Souchon pour les mous des méninges..Laissons Gainsbourg/Bashung à ceux qui ont des nuits de lectures à leurs offrir.



maritje 31/10/2010 21:22



Alors, je suis pas sûre, mais selon moi c'est une chanson qui n'a pas un sens caché mais un sens affiché, donc une de ses chansons les plus "simples", accessibles et non métaphorisées (ou
presque). Je la vois comme une critique, une perte de confiance dans la politique française (et donc une crainte pour la République). En effet sortie en 2008 peu après l'élection de N.Sarkozy, on
peut deviner la tendance politique de G.Roussel... plutôt de gauche ?


"Un jour je t'aimerai moins
Jusqu'au jour où je ne t'aimerai plus
Un jour je sourirai moins
Jusqu'au jour où je ne sourirai plus
Un jour je parlerai moins
Jusqu'au jour où je ne parlerai plus"


Il aime la République française, mais l'aime de moins en moins tel qu'elle évolue politiquement, ça le déçoit donc il sourit de moins en moins, jusqu'à en arriver au point d'être bouche bée (ou
souffle coupé) par ce qu'elle est devenue.


 


"Un jour je courrai moins
Jusqu'au jour où je ne courrai plus"



Je sais pas, il est tellement désappointé qu'il ne court plus dans le sens où il ne se démène plus politiquement ?


"Hier, on se regardait à peine
C'est à peine si l'on se penchait"


Avant la République n'était pas vraiment en danger donc on n'y prêtait guère attention. On ne se rendait même pas compte de ce dont on bénéficiait.



"Aujourd'hui, nos regards sont suspendus"


= Aujourd'hui on observe avec crainte ce qu'elle peut devenir ?



"Nous, résidents de la République"


Nous les citoyens



"Où le rose a des reflets de bleu"



Même le PS a des propos de droite.


"Chérie,"


Peut-être une référence à "liberté chérie" paroles de la marseillaise et une des valeurs de la République, il s'adresse encore une fois à la Rép.



"Des atomes, fais ce que tu veux"


On continue sur la comparaison chimique bleu/rose ; les atomes = les composantes (des partis), donc les personnalités politiques qu'elles soient roses ou bleues, on en fait ce qu'on veut, il
lâche l'affaire, il laisse soin aux autres de... voter ou autre.

Je me plante peut-être grandement mais sans réfléchir c'est ça qui m'était venu à l'esprit en premier lieu.



Hervé Milliard 25/08/2010 20:04



Alors dans le genre casse-couille qu'est-ce que vient faire Dieu dans l'histoire? surtout qu'il n'a jamais existé alors je préfère rêver sur les rimes de Bashung et quand on regarde une peinture
de maître pour la première fois souvent on ne pige rien sauf à être spécialiste, les paroles de Bashung de Manset d' Arnegam, d'Arno ou de Faithfull c'est idem il faut chercher et c'est ça qui
est bon!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Gatsou 04/07/2010 11:40



Je suis bien heureux d'être tombé sur ce ptit forum sur notre regretté Alain. J'écoute Bashung depuis des années, j'ai commencé avec Fantaisie Millitaire, dont je ne comprenais pas toujours tous
les textes. Merci pour les différentes analyses de 'La Nuit je mens' j'avais jamais vraiment fait le rapport avec la 2nde guerre mondiale et quand on écoute à 2 fois on tilte alors sur certaines
strophes (dynamiteur d'aqueducs, Vercors...). Le grand intérêt des textes de Bashung réside pour moi aussi dans le fait qu'on redécouvre plus ou moins à chaque écoute, je ne me lasserai jamais de
l'écouter, ces textes relativement abstraits sur un accompagnement instrumental de grande qualité sont merveilleux. J'pense que nous sommes aujourd'hui trop habitué au 'pré-maché', clair,
aseptisé, pas trop prise de tête (restons dans le 1er degré...). Je trouve dans les phrases de ses chansons un sens qui parfois colle avec mon humeur du moment et alors la chanson
a encore plus de force ("Mes bras connaissent une étoile sur le point de s'éteindre")  On pourrait continuer ainsi comms sur comms à analyser les textes de Bashung, y a tellement à
dire, c'est d'une GRANDE Richesse.



Hébergé par Overblog