Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les billets de Pimousse


Quoi de plus enthousiasmant que de profiter de ses week-ends pour se nourrir l'esprit ?

Tout a commencé vendredi, par cette douce soirée de fin d'été.
C'est à Ath qu'a débuté notre marathon culturel.  C'était la ducasse.  Toute la ville avait revêtu ses couleurs de fête, si esthétiques.  Chaque habitant arborait fièrement son petit foulard torsadé mauve et jaune.
Les festivités "ducassiennes" proposaient "le brûlage de maronne de Gouyasse"
(ndlr pour les non-initiés au Wallon de chez nous : le brûlage de culotte de Goliath, le géant.  Le lendemain, il se marie avec sa géante)

Nous arrivons frais et enthousiastes afin de voir le spectacle.  Pour patienter avant l'arrivée de la tant attendue culotte, les organisateurs ont proposé un suuuper concert de......  cracheurs de feu !   Ce qui était époustouflant, c'était leur aisance pour ne jamais être synchrones... et en rythme.   Oh !  J'oubliais le nom de ce groupe : les Zip... les bien nommés !   Donc, ce spectacle consistait à tourner autour du futur bûcher de culotte au son de musiques de ducasse, avec, en apothéose, leur super chorégraphie sur "Allumez le feu" de Johnny.
Un grand moment, moi, je vous le dis !  Ces Athois ont un sens du rythme à faire pâlir d'envie les meilleurs danseurs de samba de Rio.

Bon, la culotte a mis du temps à parvenir sur la place de son exécution et donc, pourquoi se priver, les "Zip" nous ont remis le couvert, encore et encore, et encore et puis encore un petit peu ...  


Photobucket 


Elle arrive enfin, portée fièrement par quelques solides gaillards.  On la fait tourner sur la place, de nouveau au son de ces merveilleuses et douces mélodies de ducasse.  C'est là que l'attroupement autour de nous s'est mis à entonner ce fameux morceau mythique et mélodieux : "Et les Athoiiiis -hou ha-, et les Athoiiiiis -hou ha-,  et les Athois ne périront pas".  Amis de la poésie, bonjour ! 
Puis, tout s'est accéléré, on a accroché la culotte sur sa potence et on y a bouté le feu.  La liesse populaire était à son comble.



Photobucket 




Photobucket

 


Quand le tout fut consumé, nous avons été contraints de prendre la fuite ...


Samedi, nous sommes allés chiner à la brocante de Temploux.
R.A.S.

C'est le dimanche que nous avons vécu l'apothéose culturelle au marché de Charleroi.  Nous avons pu nous régaler de ses couleurs chamarrées, de ses fragrances variées et  de ses baraki-z-édentés se grattant ostensiblement les couilles et brisant les nôtres en parlant très fort.
Sans oublier, cerise sur les gâteau, l'ami des collègues de la Maison du Tourisme, j'ai nommé le disquaire.  Nous avons ainsi pu nous trémousser avec joie sur les musiques festives et les textes hautement philosophiques de Patrick Sébastien et de Franky Vincent. 
Je sens que vous avez bien envie d'en lire quelques extraits...  Si si !!! Ne niez pas !  Je vois bien que vous trépignez !
Voici donc ce qu'il nous a été donné d'entendre pendant notre bref passage sur la Place Charles II :
"Tu veux le zizi ??? Oui oui oui !" ,  "Elle aime le cu... Elle aime le cu... ré du village" ou encore "AAaah si tu pouvais fermer ta gueule" et le non moins lyrique et à sonorité nouveau Français : "Et j'ai crié Alainnnn pour qu'il revient".

Forts de cette expérience, mis en appétit par cette matinée maraîchère et par la cueillette de quelques mûres sauvages sur le terril,  nous avons enchaîné avec un passage à la Marche Saint-Louis de Marcinelle.  La nombreuse troupe de.... 15 marcheurs napoléoniens nous a montré comment marcher au pas, tout en restant digne, malgré l'alc.... euh... malgré la canicule.   Ce qui m'a surtout émerveillée, ce sont les costumes de sapeurs, avec la jolie hache en plastique gris.  Sous le chapiteau, un animateur reprenait des classiques du répertoire, tels que "les petits pains au chocolat" de Joe Dassin avec un bontempi de la première heure et un organe vocal, disons...  ...  plus organe que vocal.  Il distrayait donc avec une jovialité non feinte, une assemblée de 6 pochtrons.  La fête foraine, son unique manège, son stand de pèche aux canard et sa friterie, se disputaient les clients...  La scène de la vieille grosse dame imbibée qui trébuche et, dans une posture quelque peu embarrassante, se mange le bitume avec une violence inouïe,  restera à jamais gravée dans ma mémoire comme un des points culminant du week-end.  ("culminant" est un terme que j'ai mûrement choisi en rapport direct avec la position d'atterrissage de la grosse dame).

Pour les photos de cet événement haut en couleurs, je suis extrêmement désolée mais j'étais trop absorbée par le spectacle pour pouvoir sortir mon appareil photos.  Vous ne m'en voudrez pas ?

En conclusion, "Mens sana in corpore sano" fut notre devise pour ce 4e week-end d'août.  En effet, nous avons beaucoup marché et nous avons appris un tas de choses.  Par exemple, nous avons appris que le Athois aime chanter son attachement à son village : "Elle est athois cette chanson" comme l'aurait chanté Brassens. 

En rentrant, épuisés mais heureux, une image de fin de journée sur les molettes de l'ancien charbonnage nous a surpris entre deux maisons...  Et ça, c'était beau !



Photobucket 




Photobucket
 




Photobucket
 




Photobucket




Published by Gi - - Billets de pimousse

commentaires

antenor 26/08/2009 10:16

et tu veux dire que vous n'avez brulé personne, même pas une sorcière rousse, au début de votre week end lors de ce magnifique feu de joie ?

Gi 28/08/2009 11:25


On a tout de même brûlé une culotte... C'est déjà pas mal !


Andiamo 25/08/2009 10:24

Marcinelle : la patrie de "SPIROU" retenons au moins ça ! Les grands dessinateurs Belges, merci à eux, ils m'ont fait rêver durant mon enfance.Et puis la liesse populaire, même si elle n'engendre pas de grands poètes ni des chorégraphes de talent, elle a le mérite de faire oublier un instant, un instant seulement la misère du quotidien dans l'or d'une chope de bière !Tout n'est ps négatif, tu as rapporté de superbes photos qui me serviront, si tu le permets de modèles à de futurs ch'tiots crobards, car j'aimerais rendre un hommage à ces hommes et ces femmes "du fond du trou".

Gi 26/08/2009 09:16



Marcinelle, patrie de Spirou, de Boule et Bill, de Marsupilami, de Lucky Luke...  Des statues de ces personnages sont installées sur les ronds-points de la
ville.  Les éditions Dupuis se trouvent à quelques pâtés de maisons de chez moi.




Tu peux prendre les photos bien sûr... mon père était une de ces "gueules noires" à avoir passé plus de 25 ans au fond du trou et ces gens méritent bien qu'on ne les
oublie pas.



Lilo 24/08/2009 22:46

Ha mais qu'elle idée de faire un feu par une telle chaleur o_OTes photos sont comme toujours magnifiques !!! Et les montgolfières alors ça a donné quoi? J'ai moi aussi été à Temploux mais ai été bien déçue cette année, à part quelques coups de soleil je n'y ai rien trouvé :(

Gi 25/08/2009 08:37


Les montgolfières n'ont pas décollé... Et à l'heure qu'il est, je ne sais toujours pas pourquoi.  Le temps était clair et elles étaient prêtes.  Ils ont
tergiversé, papoté, discuté, réfléchi... et puis ils ont remballé tout et sont partis. 
Temploux, on y est allé le samedi soir, moins de chaleur, moins de monde...  et une série de 8 jolis verres rouges comme j'en cherche depuis des années et qui sont tjs trop chers.  Là, 5€
pour les 8, j'étais assez contente.


Philou 24/08/2009 21:20

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhh!!!!!!!!!!!!!!!!!!! le folklore que de souvenir, bon et mauvais.Mais faut aussi choisir, ou on est du cru et là c'est l'extase ou ont est des touristes et si on comprend pas (ce qui est tout à fait normal) "berdafe c'est l'embardée". Bref de morale, les photos sont superbes et dommage pour la photo de la gamelle de la dame cela aurait pu faire la une de la Nouvelle Gazette.L'année prochaine, une suggestion : la rentrée au Château de la Marche saint Roch à Ham-sur-Heure, chaque fois j'ai des frissons et les larmes aux yeux.Ahhhhhhhhhhhhh folklore quand tu nous tiens.

Gi 24/08/2009 22:12


Oui, Marcinelle, je suis du cru... mais j'étais quand même loin de l'extase devant les trois pelés aspirant leur chope sur fond de bontempi...

Et comme je disais, à la Saint-Roch d'Ham-sur-Heure ou à Sainte-Rolende à Gerpinnes, on voit un grand nombre de marcheurs en une fois...  Alors qu'à Marcinelle, on voit un grand nombre de fois
un marcheur qui passe...  

Oui, la photo de la dame, je n'ai pas eu le.... reflex ! 
Par contre, je pense que je posterai une photo de Jieffe qui résume bien l'ambiance... Patience !


Sissi 24/08/2009 19:11

Ben quoi, un week-end comme j'en passe régulièrement !!!

Gi 24/08/2009 22:08


Quelle chance tu as !  Je suis jalouse ...


Hébergé par Overblog